Les dents jaunes: causes et traitement

Traitement médical en Turquie

La Turquie dispose d'un grand nombre d'hôpitaux et complexes médicaux. Par ailleurs, elle est connue par des spécialités médicales pointues utilisant des robots ou d'autres technologies très avancées, des coûts très compétitifs.

Traitement médical en Turquie Comparaison entre ICSI et FIV en termes de traitement de l'infertilité
856
Nov 10 2021

Comparaison entre ICSI et FIV en termes de traitement de l'infertilité

Qu'est-ce que l'infertilité ?

L'infertilité correspond à l'incapacité de concevoir un enfant, après un an d'essais ou plus. Les femmes qui parviennent à tomber enceintes mais n’arrivent pas à poursuivre leur grossesse peuvent également souffrir d'infertilité.

1. Les causes de l'infertilité masculine

Les problèmes de fertilité masculine peuvent résulter de nombreux problèmes de santé ou de certains traitements médicaux :

  • Varicocèle : Une varicocèle est un gonflement des veines qui drainent le testicule. C'est la cause réversible la plus courante d'infertilité masculine.
  • Infection : Certaines infections peuvent interférer avec la production ou la santé des spermatozoïdes, ou provoquer des cicatrices qui bloquent leur passage.
  • Problèmes d'éjaculation : L'éjaculation rétrograde se produit lorsque le sperme entre dans la vessie, pendant l’orgasme, au lieu de sortir par le pénis. Plusieurs problèmes de santé peuvent provoquer une éjaculation rétrograde, notamment le diabète, les blessures de la colonne vertébrale, les médicaments et les interventions chirurgicales sur la vessie, la prostate ou l'urètre.
  • Les anticorps qui attaquent les spermatozoïdes : Les anticorps anti-spermatozoïdes sont des cellules du système immunitaire qui identifient, par erreur, les spermatozoïdes comme des envahisseurs nuisibles et tentent de les éliminer.
  • Tumeurs : Les cancers et les tumeurs non malignes peuvent affecter directement les organes reproducteurs masculins, par le biais des glandes qui libèrent les hormones liées à la reproduction, comme l'hypophyse, ou par des causes inconnues. Dans certains cas, la chirurgie, la radiothérapie ou la chimiothérapie peuvent affecter la fertilité masculine.
  • Testicule non descendu : Chez certains hommes, au cours du développement fœtal, un ou les deux testicules ne descendent pas dans le sac qui les contient normalement (scrotum). Dans les cas pareils, la diminution de fertilité est très probable.
  • Déséquilibres hormonaux : L'infertilité peut résulter de troubles des testicules eux-mêmes ou d'une anomalie affectant d'autres systèmes hormonaux, notamment l'hypothalamus, l'hypophyse, la thyroïde et les glandes surrénales. Un faible taux de testostérone (hypogonadisme masculin) et d'autres problèmes hormonaux peuvent avoir plusieurs causes sous-jacentes.
  • Défauts des tubes qui transportent les spermatozoïdes : Il y a plusieurs tubes qui transportent les spermatozoïdes. Ils peuvent être bloqués pour diverses raisons, notamment une blessure accidentelle due à une intervention chirurgicale, une infection antérieure, un traumatisme ou un développement anormal, comme la fibrose kystique, ou d'autres maladies héréditaires similaires.
  • Défauts chromosomiques : Des troubles héréditaires - tels que le syndrome de Klinefelter dans lequel un homme naît avec deux chromosomes X et un chromosome Y (au lieu d'un X et d'un Y) - provoquent un développement anormal des organes reproducteurs masculins. Il y a aussi d’autres syndromes génétiques associés à l'infertilité tels la fibrose kystique et le syndrome de Kallmann.
  • Problèmes liés aux rapports sexuels : Il peut s'agir de difficultés à maintenir ou à conserver une érection suffisante pour les rapports sexuels (dysfonctionnement érectile), d'éjaculation précoce, de rapports sexuels douloureux, d'anomalies anatomiques telles qu'un orifice urétral situé sous le pénis (hypospadias), ou de problèmes psychologiques ou relationnels.
  • La maladie cœliaque : La maladie cœliaque est un trouble digestif causé par la sensibilité au gluten. Ce problème peut être réglé après avoir suivi un régime exempt de cette protéine.
  • Certains médicaments : Le traitement par les alternatives de la testostérone, l'utilisation à long terme de stéroïdes anabolisants, les médicaments contre le cancer (chimiothérapie), certains médicaments contre les ulcères, certains médicaments contre l'arthrite. Tout cela et plus peut altérer la production de sperme et diminuer la fertilité masculine.
  • Chirurgies : Certaines chirurgies peuvent empêcher la présence de spermatozoïdes dans le sperme, notamment la vasectomie, les chirurgies scrotales ou testiculaires, les chirurgies de la prostate et les chirurgies abdominales pratiquées pour le cancer des testicules et du rectum.

2. Les causes de l'infertilité chez la femme

Il existe de nombreuses causes possibles d'infertilité chez la femme, y compris l'infertilité inexpliquée. En voici quelques causes possibles :

  • Des problèmes utérins : Il peut s'agir de polypes, de fibromes, de cloisons ou d'adhérences à l'intérieur de la cavité utérine.
  • Problèmes au niveau des trompes de Fallope : La cause la plus fréquente d'infertilité liée aux trompes est une maladie inflammatoire pelvienne, généralement causée par la chlamydia et la gonorrhée.
  • Problèmes d'ovulation : Il existe de nombreuses raisons pour lesquelles une femme peut ne pas ovuler régulièrement, telles que les déséquilibres hormonaux, les troubles de l'alimentation, la toxicomanie, les maladies de la thyroïde, le stress sévère et les tumeurs hypophysaires.
  • Problèmes de quantité et de qualité des ovules.

Injection IntraCytoplasmique de Spermatozoïde (ICSI)

L’Injection intracytoplasmique de spermatozoïde ou ICSI est une technique révolutionnaire pour les parents qui ont des difficultés à procréer un enfant.

Qu'est-ce qu'une ICSI ?

Il s'agit d'une procédure de fécondation in vitro dans laquelle un seul spermatozoïde est injecté directement dans le cytoplasme d'un ovule.

ICSI

  • Comment réussir son ICSI : Conseils ?

Même si le mari n'est pas le principal responsable de l'ICSI, mais il en est un élément aussi important.

C’est lui qui donne l'échantillon de sperme. Il y a donc plusieurs conseils qu'il doit respecter :

  1. Éviter l'éjaculation pendant les trois à quatre jours précédant le prélèvement d'un échantillon de sperme.
  2. Etre attentif à son régime alimentaire.
  3. Faire attention à son hygiène personnelle.
  4. Arrêter de fumer.
  5. Dormir suffisamment (au moins sept à huit heures par nuit). Le manque de sommeil peut affecter le taux de testostérone et, par conséquent, la qualité du sperme.
  • Combien de jour d'abstinence avant l'ICSI ?

Nous vous recommandons de vous abstenir pendant, au moins, deux jours avant la procédure ICSI, mais pas plus de six jours. Cela permettra d'obtenir une qualité de sperme optimale pour la procédure ICSI.

ICSI : Symptôme de réussite

Il y a quelques signes positifs qui indiquent le succès de l'ICSI et signifient que le transfert d'embryons a réussi.

  • Les symptômes de grossesse après ICSI

  1. Saignement ou spotting

Des saignements légers ou des taches sont souvent le premier signe de grossesse.

  1. Crampes

Les crampes sont l'un des premiers signes de succès de l’ICSI. Cela peut révéler la réussite du transfert d'embryon.

  1. Douleurs des seins

Pour certaines femmes, les douleurs des seins sont un signe précoce de grossesse.

  1. Fatigue

Se sentir fatiguée ou épuisée semble faire partie intégrante de la grossesse, du premier jour à l'accouchement. Mais il se peut que vous vous sentiez particulièrement fatiguée au début de la grossesse, lorsque votre taux de progestérone augmente.

  1. Nausées

Les nausées, en particulier les matinales, commencent généralement au cours du deuxième mois de grossesse. Ce n'est donc pas nécessairement un symptôme que vous remarquerez dans les deux semaines suivant le transfert d'embryons.

  1. Ballonnements

L'augmentation du taux de progestérone est responsable du gonflement supplémentaire de votre ventre. Lorsque cette hormone augmente, comme c'est le cas lorsque vous êtes enceinte ou que vous prenez des médicaments de fertilité, elle peut ralentir votre tube digestif et vous faire sentir plus gonflée que d'habitude.

  1. Changements dans les écoulements

Si votre médecin vous prescrit de la progestérone sous forme de préparation vaginale (suppositoires, gel ou comprimés vaginaux) à utiliser pendant les deux semaines d'attente, vous pouvez constater des modifications des pertes vaginales qui n'ont rien à voir avec une ICSI réussie.

  1. Besoin accru d'uriner

Une fréquence accrue d'aller aux toilettes, durant la nuit, peut être un signe de début de grossesse.

  1. Règles manquées

L'absence de règles peut signaler une grossesse, surtout si votre cycle est régulier.

  1. Aucun symptôme

Si vous vous rendez compte qu'aucun de ces symptômes ne révèle votre cas, ne vous inquiétez pas. Cela ne signifie pas automatiquement que le transfert d'embryons a échoué.

Les symptômes, cités ci-dessus, sont le plus souvent le résultat de la prise d'œstrogènes et de progestérone. La seule façon de savoir avec certitude si votre transfert d'embryon a réussi est un test de grossesse positif.

  • Dans combien de temps après l'ICSI la fécondation aura lieu ?

La fécondation est évaluée 16 à 18 heures après l'ICSI. Les ovules fécondés sont placés dans un milieu de culture, spécialement préparé qui favorise leur croissance, et observés pendant 2 jours après le prélèvement.

  • Taux de réussite d'une ICSI

L'ICSI féconde généralement 50 à 80 % des ovules sur lesquels elle est pratiquée.

Les causes d'échec d'une ICSI

La cause la plus fréquente d'échec de l'ICSI est l'utilisation de spermatozoïdes à tête ronde en raison de leur incapacité à activer l'ovocyte.

Dans certaines formes de globozoospermie, les spermatozoïdes, sans acrosome, sont également à l'origine de l'échec de la fécondation.

  • Symptômes de l'échec de l'ICSI

Les saignements vaginaux peuvent être le signe d'une grossesse extra-utérine. Cela veut dire que l’ovule fécondé s'implante dans l'une des trompes de Fallope au lieu de la paroi de l'utérus. Les douleurs dans l'abdomen, le bassin ou l'épaule, peuvent être, également, des symptômes de l'échec de l'ICSI.

  • Que faire après l'échec de l'ICSI ?

L'échec d'une ICSI peut être dévastateur pour vous. Vous pouvez vous sentir perdu et déprimé. Mais vous n'êtes pas prêts à renoncer à votre rêve.

Si aucune fécondation n'a lieu après l'ICSI, nous cherchons toujours une solution appropriée. Nous provoquons artificiellement des hausses de calcium, cela réussi chez la majorité des patients. Ce n'est que dans moins de 10% des ovocytes que nous n'avons toujours pas de fécondation.

Combien coûte une ICSI en Turquie ?

A ILAJAK Medical, nous nous engageons à fournir des services médicaux de très haut niveau. La satisfaction des patients est notre priorité absolue. Les coûts de l'ICSI commencent à partir de 4.000 USD.

Fécondation Intra Vitro (FIV)

Il s'agit d'une série complexe de procédures visant à favoriser la fécondation, à prévenir les problèmes génétiques et à aider les couples souffrant d'infertilité à avoir un enfant.

Qu'est-ce qu'une FIV ?

La fécondation in vitro (FIV) est un type de technique d'assistance à la procréation (TAP) qui consiste à prélever des ovules dans les ovaires d'une femme, à les féconder avec des spermatozoïdes, dans un laboratoire, et à implanter l'embryon dans l'utérus.

FIV

  • Dans quel cas faire une FIV ?

Lorsque les chances d'une grossesse naturelle sont faibles, les facteurs sont donc soit l'infertilité masculine, tels que des spermatozoïdes peu mobiles ou en faible quantité, soit l'infertilité féminine comme les lésions des trompes de Fallope, une endométriose modérée à grave, etc…

  • Comment se passe une FIV ?

La FIV est la première solution de l'infertilité inexpliquée, ou de l'infertilité masculine légère. La procédure de FIV comprend plusieurs étapes que nous allons évoquer successivement :

En général, la FIV commence par l’administration de traitement hormonal, avant la procédure, pour stimuler les ovaires à produire plus de follicules et contrôler le moment de l’ovulation. La patiente reçoit, également, des injections pour stimuler la maturation les follicules et leur permettre de produire plusieurs ovocytes.

Après la stimulation hormonale, les ovocytes mûrs sont prélevés et sélectionnés en laboratoire. Le sperme est prélevé quelques heures avant la procédure et les spermatozoïdes sont séparés du liquide séminal. Ils doivent être conservés à 37°C.

Quelques heures après la récolte, les ovocytes et les spermatozoïdes sont mis en contact, dans un milieu de culture pendant plusieurs heures, à 37°C. Les spermatozoïdes contactent spontanément l’ovocyte, sans interventions. Cependant, un seul spermatozoïde fécondera celui-ci.

Les ovocytes fécondés commencent à se multiplier. En 24 heures, ils deviennent des embryons.

Quelques jours après la fertilisation, un ou deux embryons sont transférés dans l’utérus de la femme. Le transfert est une action simple et indolore. Le spécialiste insère un petit cathéter, dans le col, jusqu'à la cavité utérine. L’embryon est déposé à l’intérieur de l’utérus pour qu’il s’y développe jusqu’à son implantation.   Pendant cette procédure, la patiente ne ressentira probablement aucune gêne, et peut reprendre ses activités habituelles.

Le médecin peut prescrire un traitement hormonal, et demande des tests de grossesse afin de s’assurer que la FIV a réussi.

Symptômes de réussite d'une FIV

Les symptômes sont les mêmes pour la FIV, l’ICSI et la grossesse naturelle. Nous les avons déjà révélés et nous les éclaircirons, ci-dessous, par trimestre.

Le premier trimestre :

Le premier trimestre correspond aux trois premiers mois.

La patiente en FIV, peut être confrontée à un niveau d'anxiété plus élevé et à une plus grande sensibilité aux symptômes de début de grossesse que la plupart des femmes à ce stade.

Ces symptômes peuvent être les suivants :

  • L'utérus grandit.
  • La femme prend progressivement du poids.
  • Les battements du cœur augmentent.
  • Les nausées matinales, dues aux changements hormonaux, sont ressenties par la plupart des femmes. En général, le problème est résolu à la fin du premier trimestre, mais certaines femmes peuvent aussi en souffrir plus tard.

Le deuxième trimestre :

Le deuxième trimestre se situe entre la 13e et la 24e semaine.

Les symptômes peuvent être les suivants :

  • La prise rapide du poids (0,5 kg par semaine).
  • La fatigue, le ballonnement, les nausées et la mauvaise humeur sans avoir la certitude d'être réellement enceinte.
  • La lourdeur et la douleur des seins.

Le troisième trimestre :

Le troisième trimestre est crucial, que la grossesse soit naturelle ou conçue avec ILAJAK Medical à Istanbul.

Les semaines 25 à 40 représentent le troisième trimestre de la grossesse.

Les symptômes peuvent inclure :

  • Les seins augmentent de taille et commencent à sécréter du colostrum.
  • La femme trouve des difficultés à se déplacer et même de trouver une position de sommeil confortable.
  • La patiente souffre d'indigestion, d'insomnie, d'acidité et de fatigue.
  • Taux de réussite d'une FIV

En 2019, le taux de réussite des FIV était le suivant :

  •  32 % pour les femmes âgées de moins de 35 ans.
  • 25 % pour les femmes âgées de 35 à 37 ans.

Comment savoir si une FIV a échoué ?

Les saignements vaginaux peuvent être le signe d'une grossesse extra-utérine. Cela arrive lorsqu'un ovule fécondé s'implante dans l'une des trompes de Fallope plutôt que dans la paroi de l'utérus. La femme peut aussi sentir des douleurs dans l'abdomen, le bassin ou même l'épaule.

Combien coûte une FIV en Turquie ?

A ILAJAK Medical, nous nous engageons à offrir des services médicaux de très haut niveau. Votre satisfaction est notre priorité ultime. Les coûts d’une FIV commencent à partir de 3750 USD.

Comparaison entre ICSI et FIV

Vous trouverez ci-dessous une comparaison entre la FIV et l'ICSI.

Quelle technique choisir : ICSI ou FIV ?

Dans le groupe FIV, les taux de fécondation et d'implantation étaient significativement plus élevés que dans le groupe ICSI (66,22% et 16,67% dans le groupe FIV contre 57,46% et 11,17% dans le groupe ICSI, respectivement).

Les taux de grossesse chimique et clinique étaient statistiquement plus élevés dans le groupe FIV que dans le groupe ICSI (42,9% contre 27,3% et 35,7% contre 21,5%, respectivement).

La différence entre ICSI et FIV

La principale différence entre la FIV et l'ICSI réside dans la manière dont le sperme féconde l'ovule.

Dans la FIV, l'ovule et les spermatozoïdes (qui sont nombreux) sont laissés dans une boîte de laboratoire pour qu'ils se fécondent d'eux-mêmes.

Dans l'ICSI, le sperme sélectionné est directement injecté dans l'ovule.

La principale différence entre la FIV et l'ICSI réside dans la manière dont le spermatozoïde féconde l'ovule.


Rédaction: ILAJAK Medical

Source :

  1. Healthline.com
  2. Passeportsante.net

Voir les dernières publications et actualités médicales

Inscrivez-vous à notre newsletter

Actualité médicale
Articles médicaux gratuits